Tout le monde a le droit de colorier la fresque !

Mis à jour : avr. 23

La fresque de la Renaissance Écologique a été utilisée à des fins pédagogiques de la maternelle au Mastère 2 d'HEC, jusqu’à un lauréat de la médaille Fields!


Au vu de ces retours d’expériences, la fresque fournit un continuum éducatif. A chaque âge son interaction avec cet outil. Un même objet peut ainsi devenir un compagnon pédagogique, tout au long d'un parcours scolaire!



Cette trame continue permet en effet aux élèves de consolider leurs savoirs, de nourrir leur appétit pour en acquérir de nouveaux.


Dès la maternelle, la fresque est un imagier, un support d’apprentissage pour la micro-motricité (coloriage de plus en plus précis). Les enfants observent, réagissent sur des zones qui leur parlent. La nourrit l’imaginaire des enfants, participe à leur éveil au monde ;


A l'école primaire, la fresque est un support à l’observation, à l’analyse fonctionnelle (exploration des notions clés), une source de projets collaboratifs et d'exposés oraux, invitant les élèves à parler du monde qui les entoure, à l'expliquer avec leurs mots. Ils peuvent relier la fresque à un nombre croissant d'apprentissages, peuvent comparer la fresque contemporaine et celle de Lorenzetti, identifier ce qui a changé et ce qui reste identique.


Au collège, la fresque est un support pour la mise en récit (rédaction), la prise en compte des relations de cause à effet. La fresque est un outil pédagogique qui illustre des notions plus avancées, les espaces contraints, les villes et leurs écosystèmes, l'histoire avec la Renaissance ou les sciences du Vivant et de la Terre. La fresque est également un support d'apprentissage pour les langues, un support d'expression pour des exercices de lecture cursive ou d'application de notions de géométrie.


Au lycée, la fresque est une invitation à répondre à la question « pourquoi », et ce dans un maximum de zones de la fresque (pourquoi un mur à pêches est-il situé à côté d’une éolienne à proximité d’une ferme ? pourquoi voit-on 1,618 sur le tableau de la classe ?). La fresque prend progressivement sa dimension systémique, les apprentissages pluridisciplinaires convergent et se répondent. Il est alors possible d'approfondir les notions, de comprendre la localisation des différentes zones, leurs interdépendances. Un effort d'imagination permet de concevoir des variantes, des déclinaisons territoriales. La fresque est également une invitation à explorer des données, des zones de connaissance, y compris en vue des épreuves du bac.


Dans le supérieur, la fresque est un support pour engager les étudiants à maîtriser les réponses à la question « comment », en vue de la mise en oeuvre des solutions ; quelles solutions peuvent être mises en oeuvre, adaptées, déployées, en fonction des contraintes territoriales, comment mobiliser, comment collaborer, équilibrer les budgets, comment surmonter les biais cognitifs…

La fresque joue alors à plein son rôle de matrice, de système complexe, qui peut à la fois servir de support à des concours d'éloquence ou des épreuves orales dans les concours de grandes écoles, tout comme une trame d'apprentissage des enjeux de la transition écologique, pour les études de sciences politiques, d'ingénierie, de management, d'histoire, d'agronomie... 


Enfin, la fresque a l’avantage de focaliser l’attention sur l’enjeu majeur de ces générations : piloter la transition vers un système décarboné et résilient, compatible avec le scénario P1 du rapport spécial du GIEC 1,5ºC. Et il n’est pas superflu d’y consacrer toute son éducation!


Nous allons ici continuer de publier des propositions d'animation s'adressant à chacun de ces niveaux scolaires. Vos retours d'expérience seront précieux et viendront enrichir ce fil d'actualité!


Merci de nous transmettre vos idées et vos retours d'expérience!

  • Noir Icône Instagram

©2020 by Renaissance Ecologique